Expéditions Photo Nature

Expéditions Photo Nature - Ateliers Photo nature et paysage - Nature and wildlife photography workshops

Yukon – Dawson – Aurores boréales

Vendredi 19 octobre 2018

Pourquoi les aurores boréales?

Un projet de longue date : Réaliser mon rêve de petite enfance qui est de rêver sous les aurores boréales. Comme "Apoutsiak le petit esquimau" livre publié en 1948, comme moi!, par Paul-Émile Victor. C'était mon livre préféré, et il est bien sûr est du voyage!

Seule modification, pour des raisons techniques, ce ne sera pas le Groenland mais le Yukon (Dawson City). 

 Aéroport de Whitehorse, photo: Jean-Luc Monfrais

Aéroport de Whitehorse, photo: Jean-Luc Monfrais

J'ai réussi à convaincre et à entraîner dans l'aventure l'ami Vincent Ethier, expert en expéditions photos (Voir Terre-Neuve en particulier, mais biens d'autres choses) et figure connue de la photographie québécoise et canadienne. 

 

Le départ

Et c'est le départ ce jeudi 18 octobre 2018. Rendez-vous à l'aéroport Pierre-Trudeau, chargés comme des mules du maximum d'équipement photo et du minimum d'effets personnels. Les compagnies aériennes resserrant de plus en plus les contraintes sur les clients, les deux sont incompatibles. On est passionné ou pas, donc la place pour la photo d'abord!

Passage rapide aux différents contrôles en cette période moins achalandée. Nous en profitons pour déambuler dans les couloirs afin faire un peu d'exercice avant le long vol qui nous attend.

Le vol d'Air Canada pour Vancouver est effectivement complet. Les sardines sont bien alignées dans la boîte en métal et le personnel de bord peut alors fermer le couvercle. Et c'est le décollage!

Sauf que la comparaison avec les sardines s'arrête là pour deux raisons:

-      Les sardines vivent dans l'eau et à bord l'eau est servie au compte-goutte. Pour faire écolo on ne donne plus de bouteille d'eau. Bravo! Mais ce n'est remplacé par rien. Il faut quémander de l'eau gobelet après gobelet (pas très écolo…) sur une étouffant vol de 6 heures. Toutes les autres boissons sont payantes.

-      Les sar… dînent elles. Nous pas, en 6 heures. Les repas ont été supprimés et remplacés par une carte dite "bistro" magnifique, mais dont rien n'est en réalité disponible sur ce vol. Nous n'avons droit qu'à une "choix" de snacks peu appétissants… Nous mangerons donc à la correspondance de Vancouver pour WhiteHorse.

Mais le vol est agréable par ailleurs, et la bouffe n'est pas ma priorité.

 

Changement d'avion à Vancouver donc pour un autre deux heures de vol. Changement aussi d'ambiance. Il est 21:00 et donc pas de repas servi, normal. Mais dans cet avion plus petit les boissons sont gratuites! Nos voisins boivent tranquillement du vin, ou du whisky, ou des sodas. La fête. Moi je vide la citerne d'eau pour me réhydrater du précédent vol, et des nouilles asiatiques bonnes, mais un peu trop salées de Vancouver. 

 

Arrivée sans encombre à WhiteHorse où nous attend notre voiture de location, un splendide 4 roues motrices blanc immaculé, un Explorer, le bien nommé pour ce que nous comptons en faire. 

Un petit dodo à l'hôtel du coin. La position allongée permet aussi de dégonfler les mollets tendus par la quasi-immobilité de huit heures.

Coucher tard et lever tôt pour déjeuner, faire quelques provisions de fond et aux alentours de 10:00 nous voilà sur la route vers Dawson City, notre futur camp de base.

 

Une petite parenthèse géographique:

Le Yukon est grand presque comme la France, avec 35 000 habitants, qui sont quasi tous à WhiteHorse, la capitale 23 000 habitants.

Nous allons à Dawson City, ville célèbre de la ruée vers l'or, où Jack London a écrit Croc-Blanc.

Une "grande" ville de 1300 habitants!

 

Autant dire que dès qu'on sort des villes ou des hameaux il n'y a plus de réseau cellulaire. 

Pour la circulation c'est pareil. Quelques belles routes principales, le reste des voies sont souvent des pistes.

 

 Photo: Jean-Luc Monfrais

Photo: Jean-Luc Monfrais

De WhiteHorse à Dawson City il y a presque 550km. Et à notre grande surprise la qualité de la route est très bonne. Pour des québécois imaginez: pas de nid de poule en 550km!

Pas possible!!! Ben si! Et avec un climat bien pire, et pas de moyens vu le peu d'habitants.

 

La route longe au départ la Yukon River. Puis nous longeons la Klondike River dans des paysages sauvages et magnifiques. Il fait très frais entre un et cinq degrés selon les portions de route. Certains endroits sont très enneigés, de plus en plus au fil de notre avancée vers le nord.

Puis à 70km de Dawson City soudain verglas à ne pas tenir debout. Devant nous un accident majeur entre trois énormes poids-lourds, dont un double citerne de produits inflammables. La route est fermée. Nous assistons au dégagement de la route par des engins de chantier. Occasion de faire quelques clichés circonstanciels. Puis la route est ouverte à notre grande surprise car les citernes endommagées n'ont pas été transbordées.

Nos quatre roues motrices font merveille sur la patinoire, en position différentiel bloqué. Quelques km plus loin il y a un autre accident de poids-lourd, mais on peut passer. Puis la route s'améliore et nous pouvons rouler normalement, moyennant des précautions en raison de la slush omniprésente.

 photo: Jean-Luc Monfrais

photo: Jean-Luc Monfrais

 

C'est Vincent qui conduit, et ses longues années de photographe de hockey lui font apprivoiser la glace avec douceur et fermeté. Le roi de la patinoire et des chauffeurs de Zamboni! Nous arrivons donc sains et saufs vers 17:00 à Dawson. 

En comptant les trois heures de décalage avec Montréal, il nous aura donc fallu près de vingt-sept heures pour faire le voyage depuis le décollage de Montréal, soit trente heures de maison à maison. Pire que pour aller au Japon, le Canada est vraiment immense.

 

Notre maison AirBnB dans Dawson est superbe. Vielle maison typique de la région à l'extérieur, elle est en réalité complètement remise à neuf à l'intérieur. Installations ultra-modernes et confort complet, une belle surprise.

 Accident majeur sur le Klondike Hwy, photo: Jean-Luc Monfrais

Accident majeur sur le Klondike Hwy, photo: Jean-Luc Monfrais

 

Nous posons nos affaires pour aller déambuler en ville. Les rues en terre sont couvertes de glace vive recouverte de bouillasse, bouette en québécois. Tenir debout tient du miracle. D'ailleurs il n'a y a presque personne dehors. Nous parlons avec quelques passant pour mieux découvrir l'endroit.

Il faut souligner au passage l'extrême amabilité des gens ici, depuis que nous avons mis le pied au Yukon. Tout le monde dit bonjour, tient la porte, sourit quand on lui parle, cherche à aider au maximum. On sent bien que quand on n'est pas beaucoup dans un pays à la nature difficile comme ici, le partage est la survie. On a l'impression d'un peuple heureux, vu de l'extérieur.

L'urbanisme est très intéressant. La ville a gardé son côté "Far-West", même dans les constructions récentes. Nous reviendrons faire des photos un autre jour, la nuit tombe tôt.

 Enfin arrivés à Dawson, photo: Jean-Luc Monfrais

Enfin arrivés à Dawson, photo: Jean-Luc Monfrais

 

Côté aurores boréales, la situation est moins bonne, et la météo pas très auspicieuse. Cela dit le temps varie beaucoup et très vite ici, donc les prédictions sont apparemment peu fiables.  

Nous avons fait notre 100% pour voir les aurores boréales mais la nature décide.

Il reste malgré tout plein d'autres choses à voir et à faire, faune, flore, magnifiques paysages dans un parc naturel préservé, et surtout une ville historique et très folklorique, soucieuse de préserver l'héritage de son célèbre passé.

 

Retour à la maison pour s'installer, souper, trier quelques centaines de photos prises en route, écrire ce blog, et dodo! Demain sera un autre jour. Pluie annoncée, donc on va en profiter pour nouer des contacts en ville et trouver de belles activités de remplacement pour photographes motivés.

Texte et photos: Jean-Luc Monfrais

©2016 -  Vincent Éthier et Pierre Giard / Expéditions Photo Nature / EPN-Workshops